Home » Articles posted by adminML

Author Archives: adminML

Façade est 1
DSCN2592 (Copier)
DSC_0236 (Copier)
DSCN2592
big_artfichier_438817_7833620_201808141136936
artfichier_438817_7837444_201808170557417
DSCN1274
Remise 3 (Copier)
image
Sainte Thumette 2020
Shadow

Forum des associations 2021

    Hier, samedi 28 août, au Forum des Associations qui se tenait au stade Jos Péron de Penmarc’h, l’association Tunvezh était présente : beau temps, public curieux. Un sympathique moment d’information et d’échanges avec les visiteurs et les autres associations.

Ultime concert de la saison

    Pour notre dernier concert de la saison (ce samedi 14), Gaspard Dehaene, qui nous avait déjà « enchantés » l’été dernier est revenu en compagnie de sa mère, Anne Queffélec. Les deux pianistes nous ont offert un récital, d’abord en solistes, puis à quatre mains. Programme varié, moments de musique magnifiques. Gaspard Dehaene a introduit les trois œuvres de Chopin (Barcarolle, Mazurka, et surtout la 4ème ballade) par un prélude de Bach, et un rondo de Mozart, nous rappelant ainsi ce que Chopin doit à ces compositeurs : la rigueur à Bach (voire le contrepoint, comme dans la 4ème ballade), le chant et la musicalité à Mozart. Jeu tout en souplesse, netteté, douceur souvent, délicatesse, mais devenant fougue et passion lorsque les mouvements musicaux l’exigent. 

     Anne Queffélec a ensuite interprété deux sonates de Beethoven (109 et 110), et – toujours soucieuse de transmission – elle nous a donné quelques clés pour comprendre et mieux écouter la 110, en particulier : écrite à la fin de sa vie par un Beethoven qui connaît maladie et souffrance – c’est un véritable chant de douleur personnel. (Madame Queffélec nous rappelle aussi qu’il serait fallacieux de systématiquement lier la production de l’œuvre à la biographie de l’auteur). Force, énergie éclatante, parfois mélancolique, du jeu de la pianiste :  nous avons été saisis par le caractère dramatique de la dernière sonate.

     Nous connaissons tous le thème nostalgique de la Fantaisie en fa mineur de Schubert, mais nous ne savons pas toujours que cette fantaisie est en fait une forme à quatre mains, forme qu’affectionnait particulièrement le compositeur à la fin de sa vie : ce jeu signifiait échange et dialogue amical. Est-ce pour cette raison qu’Anne Queffélec et Gaspard Dehaene ont choisi de nous l’offrir en fin de concert ? Composée à la fin de sa vie, cette fantaisie allie nostalgie, tristesse et liberté, avec quelques échappées vers un bonheur impossible. La mère et le fils ont mis tout leur cœur, la délicatesse et la vigueur de leur jeu pour nous restituer ces sentiments, et au-delà, la seule beauté de la musique.

      Le public ne s’y est pas trompé qui a manifesté une attention continue et exprimé son plaisir par de nombreux rappels et applaudissements.

Merci à vous, Anne et Gaspard pour cette magnifique soirée.

le deuxième concert de la semaine

    Ce jeudi soir, à Kérity, le ciel était clair, le vent léger, mais c’est une déferlante musicale qui a submergé l’église Sainte-Thumette pendant une heure, pour le plus grand bonheur du public saisi, puis emporté par l’exubérance de l’œuvre et la maîtrise de son interprétation (servie aussi par l’excellente acoustique du lieu).
     Véronique Briel, (« Les Rencontres musicales »), au piano, accompagnée de deux «complices», Patricia Reibaud au violon, David Simpson au violoncelle, nous ont offert (après le troisième mouvement de la seconde sonate pour violoncelle de Rachmaninov) le Trio op. 50, de Tchaikowski.
     Œuvre gigantesque, cette sorte d’oraison funèbre fut composée en 1882 en hommage « A la mémoire d’un grand artiste », le pianiste Nicolaï Rubinstein, ami très cher qui venait de décéder. Les trois mouvements et leurs variations sont autant d’expressions de tristesse, de mélancolie, de douleur, de colère tragique : rien du requiem, même profane. On passe du mineur au majeur, du majeur au mineur ; quelques respirations : une valse, une mazurka, la mélodie d’une chanson populaire (?) s’invitent de façon inattendue. Réminiscences des moments heureux partagés par les deux musiciens ? Ici piano, violon et violoncelle ne s’accompagnent pas, mais s’appellent, se répondent, s’entrelacent, et ce, durant presqu’une heure.
    Autant d’obstacles pour les interprètes qui ont relevé le défi avec énergie et brio. La partition de piano est connue pour être une des plus difficiles. La coda finale – où le piano martèle en sourdine les premières notes du Dies Irae – est résolument funèbre : le public ne s’y est pas trompé, sidéré quelques secondes avant d’applaudir longuement ce magnifique concert.
     Merci à tous les trois, Véronique, Patricia et David.

Premier concert de la saison

De g. à dr. : Guillaume Latour, Alphonse Cemin, Damien Pass, Clotilde Lacroix.
De g. à dr. : Guillaume Latour, Alphonse Cemin, Damien Pass, Clotilde Lacroix.

     Mardi soir, à Sainte-Thumette, notre premier concert de la saison était placé sous le signe de la jeunesse : jeunesse des musiciens visiblement ravis de jouer ensemble (et de chanter, pour le baryton), originalité du programme qui nous a offert des œuvres le plus souvent peu ou mal connues, car œuvres de jeunesse justement, de musiciens célèbres : le quatuor inachevé de Gustav Mahler (création et arrangements pour violon, violoncelle, piano et voix par Clotilde Lacroix ), le lied romantique Gastibelza de Franz Listzt , le Trio de Claude Debussy, la ballade Le Pas d’armes du Roi Jean de Camille Saint-Saëns.

    Le public, venu en nombre malgré les contraintes du temps présent, a été vite emporté et séduit par la qualité, la vitalité des interprètes aussi doués pour la gaîté que pour le tragique : jeu précis et subtil du piano (Alphonse Cemin), légèreté et vivacité du violon (Guillaume Latour), douceur énergique du violoncelle (Clotilde Lacroix), puissance et souplesse de la voix du baryton basse, Damien Pass.
     De nouveau l’église de Kérity a été baignée de musique vivante, tantôt gaie, tantôt grave. L’ange de Sainte-Thumette (mais oui, il était là, regardez bien les photos) veillait sur nos jeunes musiciens.
     La nuit naissante teintait de bleu les vitraux au-delà desquels quelques chauve-souris bigoudènes entamaient leur ronde de nuit.
    Après quelques rappels, Damien Pass, de sa voix chaude, un rien malicieuse, nous fit un cadeau, la « chanson de Prévert et Kosma », les « Escargots à l’enterrement d’une feuille morte » : Reprenez vos couleurs/Les couleurs de la vie/Alors toutes les bêtes/Les arbres et les plantes/Se mettent à chanter/A chanter à tue-tête/La vrai chanson vivante/La chanson de l’été/Et tout le monde de boire/Tout le monde de trinquer/C’est un très joli soir/Un joli soir d’été.
     Belle conclusion pour ces moments de grand plaisir. Alphonse, Clotilde, Damien, Guillaume, merci à vous quatre !

Billets pour les concerts

LES BILLETS POUR NOS TROIS CONCERTS CLASSIQUES (10, 12, 14 août ) seront en vente :
  • à partir du 28 juillet à l’Office du Tourisme de Penmarc’h (Place Maréchal Davout, Saint-Pierre/Penmarc’h, au pied du phare d’Eckmühl).
  • sur le marché de Kérity/Penmarc’h (port de Kérity), les mercredis : 28 juillet, 4 et 11 août, (10h – 12h 30).
  • et sur place avant chaque concert (église Sainte-Thumette, Kérity).
Attention !
  • Placement libre, les places ne seront pas numérotées.
  • Le passe sanitaire (QR code ou attestations) sera obligatoire pour assister aux concerts.
  • Gestes barrière et masques seront toujours de rigueur.

La Presse parle de l’association TUNVEZH …

 

    

     Beaucoup de visiteurs sont attendus cet été à Penmarc’h (Finistère). Ils auront peut-être l’occasion de se promener dans les rues de Kerity et de découvrir l’église Sainte-Thumette. Si aujourd’hui on peut la visiter c’est grâce à la volonté de l’association Tunvezh (Thumette en breton) qui se bat depuis dix ans pour la rénover. « Le lierre envahissait les lieux, les vitraux étaient brisés, tout était fragilisé », se rappelle Édith Criquet, présidente de l’association.

     Après une forte tempête qui a détérioré encore plus l’église, elle réunit des habitants du vieux quartier de Kerity et sollicite la mairie et les bâtiments de France, la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et la Fondation du patrimoine. « Il s’agissait de voir si l’idée de la création d’une association vouée à la sauvegarde de l’église trouvait écho. C’est notre patrimoine, il faut le préserver. »

Pari gagné !

     Pari gagné ! L’église, construite au XVIe siècle, et déjà restaurée en 1951, était délabrée et avait bien besoin qu’on s’occupe d’elle. Le porche du XVe siècle présente une harmonie de lignes horizontales et verticales et témoigne par ses deux pilastres et pinacles, du style gothique. Le clocher avait disparu en 1808 et une seule tourelle d’escalier subsiste. La nef comporte cinq travées et un chevet plat.

     Aidée par des mécènes locaux et les institutions, l’association entreprend des travaux. Dévégétalisation de la façade sud, nettoyage des murs, restauration des cloches et des vitraux, maçonnerie, menuiserie, renforcement des poutres et pose de nouvelles dalles permettent aujourd’hui de découvrir une église chargée d’histoire.

Des fêtes de quartier et des concerts

     L’objectif de l’association est également de « participer à la vie culturelle et à l’environnement du quartier ancien de Kerity qui date du XVIIe siècle ».

     Elle organise régulièrement des fêtes de quartier, mais aussi des concerts de musique classique de grande qualité pendant l’été. Cette année encore l’église va accueillir trois spectacles les 10, 12 et 14 août avec, à l’affiche, des artistes qui joueront Malher ou Debussy et Véronique Briel, qui interprétera Tchaïkovski au piano accompagnée d’autres musiciens dans le cadre des Rencontres musicales. Anne Queffélec sera également présente avec Gaspard Dehaene pour des solos et des quatre-mains au piano. D’autres projets sont en cours pour prolonger la rénovation d’une église qui le mérite bien.

© Ouest-France – https://www.ouest-france.fr/…/penmarc-h-des-concerts-a…

Les concerts 2021

Les beaux jours reviennent et la musique avec eux !
L’association Tunvezh vous propose trois concerts classiques à l’église Sainte-Thumette de Kérity (Penmarc’h).

 

Mardi 10 août 20h30
     Alphonse Cemin (piano), Clotilde Lacroix (violoncelle), Guillaume Latour (violon), Damien Pass (baryton-basse).
     Mahler – Listzt – Debussy – Saint-Saëns – Williams
Entrée : 15 €

 

Jeudi 12 août 20h30
« Les rencontres musicales »
     Véronique Briel (piano), Patricia Reibaud (violon), David Simpson (violoncelle).
     Tchaikowski – Rachmaninov
Entrée : 15 €

 

Samedi 14 août 20h 30
Récital de piano
     Anne Queffélec et Gaspard Dehaene
     Beethoven – Bach – Mozart – Schubert
Entrée : 20 €
 

Port bigouden à marée basse, par Léopold Lausberg.

     Un généreux donateur a offert ce tableau à l’association Tunvezh qui l’en remercie. Nous sommes dans un port bigouden, c’est sûr, mais lequel ? Saurez-vous le reconnaître ?
     Nous savons très peu de choses à propos du peintre Léopold Lausberg, sinon qu’il a exposé en 2001 et 2002 à Plouhinec ainsi qu’à Audierne dans le cadre de la « Fête du vent et de la mer ». Si vous en savez plus sur sa vie, son œuvre, dites-le nous !

Voeux 2021