Home » Uncategorized » Récital piano – Gaspard Dehaene

Récital piano – Gaspard Dehaene

     JEUDI : C’ÉTAIT NOTRE DERNIER CONCERT à l’église Sainte Thumette, le temps maussade pouvait nous laisser croire à la fin de l’été..
     Le public, venu en nombre (180 spectateurs, dans le respect des contraintes sanitaires en vigueur) a eu droit pendant plus d’une heure à un superbe concert du pianiste Gaspard Dehaene. Et une fois encore nous avons pu apprécier les qualités acoustiques de l’église de Kérity.
     Jeune pianiste reconnu- il serait trop long de citer tous les prix internationaux dont il a été le lauréat – à la carrière déjà remplie – il a joué Liszt, Schubert, Chopin, Fauré entre autres – devant le public de nombreuses scènes françaises (Folles journées de Nantes, Festival de La Roque d’Anthéron, Philharmonie de Paris) et étrangères (Tokyo, Pékin, New York, Londres, Montréal, Saint Pétersbourg…)
     Gaspard Dehaene nous a donné hier soir un magnifique récital Chopin. Son choix – présenté de façon très pédagogique – était de privilégier le caractère « polonais » de la carrière de ce musicien, finalement plus polonais que français. Le célèbre Nocturne posthume et la Barcarolle (Op. 60) ont encadré mazurkas et polonaises. Le pianiste a rappelé que ces danses polonaises ne sont pas ici des motifs folkloriques mais un matériau musical utilisé et retravaillé par le compositeur.
     Dans une même mazurka – ou une même polonaise – mélodie romantique, dissonances, (Gaspard Dehaene parle même de « sauvagerie ») se succèdent, dans la douceur ou la force, souvent dans la mélancolie.
     Musique vivante : puissance et générosité se sont affirmées au long de la soirée ; projetée du piano dans l’église entière, la musique, note après note, mouvement après mouvement, a enveloppé un public, séduit, désormais prêt à entendre les « pianissimi » les plus nuancés.
     Sous le charme, reconnaissant, ce même public a longuement applaudi le jeune artiste qui nous a offert en, « bis » une sonate de Schubert, (D 959), et pour finir, de nouveau du Chopin, la Berceuse en ré bémol majeur.
     Plaisir pour le public donc, et pour le pianiste… « Jouer est un plaisir », nous a-t-il déclaré ensuite. Et dans ces temps compliqués…
Et maintenant vive l’été 2021 !

 


Un commentaire

  1. Formidable concert de haut niveau dans cette belle église restaurée comme jamais.
    Une superbe soirée Chopin qui restera dans les mémoires, grâce à Gaspar Dehaene qui a fait corps avec un public enthousiasmé.
    Merci à tous les volontaires de l’association.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *